TOUT AFFICHER / DISPLAY ALL / VEDI TUTTI


11.  CHARLOTTE VAN PALLANDT (1898-1997)

De Zieke (1961)

 

Sculpture en bronze à patine sombre, signée à la base, édition de 4.
Dimensions : ca. 27 x 40 x 20 cm

Provenance :
– De Boer, Amsterdam
– Collection privée Monte-Carlo, acquis auprès du précédent

Artiste néerlandaise née à Arnhem, Dorothée Charlotte van Pallandt est l’une des premières femmes des Pays-Bas à se consacrer entièrement à la sculpture. Issue d’une riche famille aristocratique elle étudie à l’Ealing Art College de Londres et se perfectionne au dessin à La Haye sous la direction du peintre Albert Roelofs. Après son divorce en Suisse, elle se rend à Paris et devient l’élève d’André Lhote dont le travail sur le cubisme l’influence fortement.

C’est à partir de 1928 qu’elle s’initie à la sculpture, d’abord à La Haye, puis en Italie et enfin à Paris où elle intègre l’Académie Ranson sous la direction de Charles Malfray. Par l’intermédiaire de Fred Carasso, elle rencontre Truus Trompert, une modèle de nu qui lui inspire la série Truus-beeldjes. En 1948, elle expose pour la première fois à la galerie Santee Landweer à Amsterdam. Le prix Charlotte van Pallandt est une récompense annuelle destinée aux jeunes sculpteurs et sculptrices prometteurs.

 

1000 – 2000 EUR


12.  ETIENNE MARCEAU (1911-?)

Vase à la gerbe de fleurs

 

Grande huile sur toile signée en bas à gauche
Dimensions : 81,5 x 65,5 cm

Peintre français né à Nogent-sur-Seine, il expose à Paris au Salon des Indépendants, à la Société Nationale des Beaux-Arts et au Salon d’Automne. On lui doit des natures mortes, des paysages et des marines souvent traitées dans des tonalités fauves.

 

250 – 500 EUR


13.  FRITZ HUF (1888-1970)

Masque Japonisant vers 1923

 

Sculpture en bronze à patine marron clair, signée sur le côté et montée sur une base carrée en marbre.
Dimensions : h. totale 23 cm – Bronze : 16,5 cm

Sculpteur suisse né à Lucerne, essentiellement autodidacte, Fritz Huf vit de 1914 à 1924 à Berlin où il se fait connaître pour ses portraits de Rilke, Max Liebermann ou Rathenau. Durant les années vingt et trente, l’influence de la sculpture égyptienne et asiatique se fait de plus en plus sentir sur son œuvre.

A Paris, où il s’installe en 1924, il s’oriente progressivement vers l’abstraction après la découverte de Brancusi. Huf fait partie du groupe Abstraction-Création et rencontre Picasso. En 1940, il rentre à Lucerne et, jusqu’à sa mort en 1970, il partagera son existence entre la Suisse et l’Italie.

 

300 – 600 EUR


14.  LUCIE COUSTURIER (1876-1925)

Nature morte de fleurs

 

Huile sur papier marouflée sur toile signée en bas à gauche.
Dimensions : 64 x 51 cm

Provenance :
– Collection O. Maus
– Kunsthandel M. L. de Boer b.v. Amsterdam
– Collection privée, Monte-Carlo, acquis auprès du précédent en 1976

Accompagné d’une facture d’achat

Peintre, critique d’art et militante anticolonialiste française, née dans un milieu aisé et novateur – ses parents fabriquent les premières poupées en caoutchouc –, Lucie Brû est une femme non conformiste. Elle épouse en 1900 l’écrivain Edmond Cousturier avec qui elle a un fils en 1901, année au cours de laquelle elle présente pour la première fois ses œuvres au Salon des indépendants, à Paris. En 1906, elle expose au Salon de la libre esthétique de Bruxelles, elle montre aussi quelques toiles à la Berliner Secession de Berlin et sa première exposition personnelle aura lieu à Paris, chez Eugène Druet, en 1907.

Peintre pointilliste, Lucie Cousturier y révèle une prédilection pour les natures mortes, paysage, la peinture en plein air et, bien sûr, pour la lumière des paysages du sud de la France. À partir de 1911, elle se consacre aussi à la rédaction d’articles et de monographies sur les membres importants du néo-impressionnisme qui font d’elle la première spécialiste de ce mouvement. En 1916, alors que le couple séjourne à Fréjus pendant la guerre, l’artiste apprend à lire et à écrire à des tirailleurs sénégalais dont le camp est voisin. Transformée par cette rencontre, elle s’engage dans une réflexion anticolonialiste. Après la guerre, elle publiera des récits autobiographiques, notamment Des inconnus chez moi (1920).

 

1000 – 2000 EUR


15.  EDGAR BRANDT (1880-1960)

Presse papier, porte stylo, boule de gui

 

En métal ajouré, figurant une sphère sur une base carrée. Modèle créé vers 1925.
Dimensions : 9 x 8 cm

Ferronnier d’Art français d’origine alsacienne né à Paris, mais industriel de l’armement, Edgar Brandt expose ses créations de ferronnerie d’art, du mobilier, des objets décoratifs, des sculptures et des luminaires dans sa galerie parisienne du Boulevard Malesherbes et il collabore dans le même temps avec les manufactures Daum et Lalique.

En 1930, il accueille la première exposition d’un groupe composé des meilleurs artistes animaliers du moment, Pompon, Édouard-Marcel Sandoz, Paul Jouve, Georges Guyot, et Gaston Suisse. Cette première exposition « d’animaliers » à la galerie Brandt jouit d’un très large succès et l’ensemble de ces artistes formant ce qu’on appellera désormais le « Groupe des Animaliers », exposera régulièrement chaque fin d’année.

 

200 – 400 EUR


16.  FRANCE, 20ème SIECLE

Jeune femme

 

Sculpture en bronze à patine vert bleu. Travail français, première moitié du 20ème siècle
Dimensions : 51 x 17 x 19 cm

 

150 – 300 EUR


17.  ALFRED HEINRICH PELLEGRINI (1881-1958)

Bouquet de fleurs

 

Huile sur toile monogrammée et datée en bas à droite.
Dimensions : 68 x 87 cm

Peintre, illustrateur et graveur Suisse né à Bâle, Pellegrini est avec Heinrich Altherr et Paul Baudmer l’un des peintres muralistes suisses les plus importants. Fils du sculpteur Isidoro Pellegrini, il étudie à la Basel Craftschool sous la direction de son frère, Isidoro Pellegrini le Jeune et se perfectionne à l’Académie des Beaux-Arts de Munich sous la direction de Gabriel von Hackl. Membre de la Sécession de Munich, Pellegrini sera influencé par Hodler, Gauguin et Munch avec œuvres comprenant des peintures murales, des fresques, des portraits, des paysages et des natures mortes.

 

1000 – 2000 EUR


18.  MAXIMILIEN LUCE (1858-1941)

Bouquet de fleur sur la terrasse

 

Huile sur toile signée en bas à droite.
Dimensions : 55 x 46 cm

Provenance :
– Kunsthandel M.L de Boer Amsterdam
– Collection privée, Monte-Carlo, acquis en 1985 auprès du précédent.

Accompagnée de la facture d’achat de 1985

Peintre, dessinateur, aquarelliste et pastelliste français né à Paris, auteur de figures, de portraits, de scènes animées, de paysages, Luce est également graveur, lithographe et illustrateur. Suivant des cours de dessin le soir, principalement autodidacte, il a pour conseil Carolus Duran, Paul Signac et Camille Pissaro avec qui il entretiendra une amitié sincère. Il débute en 1876 usant de la technique du pointillisme dans le style de Georges Seurat.

Il expose à Paris, à Londres et à Bruxelles, et c’est en Belgique qu’il rencontre Emile Verhaeren et Théo Van Rysselberghe qui marquent un tournant dans sa carrière. Anarchiste actif, Luce visite la région minière du Borinage et représente de nombreuses scènes ouvrières. Ce n’est qu’à la fin de sa vie qu’il retrouvera une technique plus classique et une influence moins engagée.

Principaux musées : Le Louvre et Musée d’Orsay Paris, Art Institute Chicago, Metropolitan Museum et Musée d’Art Moderne New York, National Gallery Ottawa, Palais Ruspoli Rome, Musée Thyssen-Bornemisza Madrid, Musée Lambinet Versailles, Musée de Grenoble ou encore Musée de l’Annonciade à Saint-Tropez.

 

4000 – 8000 EUR


19.  ANDRE BARELIER (1934-2021)

Christiane, 1981

 

Importante sculpture en bronze à patine sombre. Signée sur la base.
Dimensions base : 38 x 38 cm

Sculpteur français né à Planc-de-Cuques, fils d’ébéniste, André Barelier débute dans l’atelier du sculpteur Louis Botinelly avant d’intégrer l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Marseille. Prix de Rome de sculpture en 1961, professeur de dessin aux Beaux-Arts de Paris de 1968 à 1982, il s’intéresse à l’instar de Masson à la vie quotidienne urbaine, moins aux foules qu’aux individus saisis dans leur attitude banale.

 

1000 – 2000 EUR


20.  GEORGES ROUAULT (1871-1958)

Petit nain

 

Aquatinte couleur, planche 4 de la série du Cirque de l’Etoile Filante. Monogrammée et datée 1934 en bas à gauche. Tirée du portfolio “Passion”.
Dimensions : 31 x 23,5 cm

Né sous les bombardements durant la Commune de Paris, Georges Rouault passe son enfance dans les vieux quartiers populaires de Belleville. Fils d’un ouvrier ébéniste, vernisseur de pianos chez Pleyel, il apprend l’amour de la belle matière. Lorsque Gustave Moreau est emporté par un cancer, Rouault perd son principal soutien et partir de cette date et pendant les 5 années qui suivent, il traverse une crise morale et esthétique. Profondément affecté par la mort de son maître, séparé de sa famille partie en Algérie, il porte un nouveau regard sur la vie et se sent totalement isolé.

C’est à la suite de la mort de son père, en 1912, que Rouault entame un carnet de dessins à l’encre de Chine d’où seront issues les gravures du Miserere mais il aborde un art plus contenu dans les années 20 pour aboutir à cette grâce paisible et vivement colorée qu’inaugurent les œuvres des années trente. Le dessin plus statique et la palette plus éclatante traduisent une harmonie spirituelle qui ne fera que s’amplifier avec le temps. Les dix dernières années de la carrière de Rouault se caractérisent par une explosion des couleurs et une véritable ivresse de la matière. Cette ultime période est la plus éclatante de son œuvre et son couronnement.

Georges Rouault occupe une place singulière parmi les artistes du vingtième siècle. Contemporain du Cubisme, de l’Expressionnisme et du Fauvisme il n’a jamais revendiqué l’appartenance à l’un de ces mouvements. Souvent catalogué peintre religieux il est avant tout indépendant. Ce n’est pas dans un système abstrait qu’il trouve son inspiration, mais dans la réalité la plus immédiate comme dans la spiritualité la plus élevée.

 

200 – 400 EUR

TOUT AFFICHER / DISPLAY ALL / VEDI TUTTI